artslettresmusique
 
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami

ROBERT PETIT dit ERPE
 
 
Né à Créon Gironde 

le 29 04 1930. 

Fait ses études à Paris, ancien élève, diplomé des Arts Appliqués, 
rue Dupetit-Thouars 
Paris 3°

fréquente 
la « Grande Chaumière »
 à Montparnasse 
ainsi que les Beaux-Arts. 

A travaillé avec des affichistes tels que :
 Marty, 
Paul Colin 
et
 Savignac.



Travaille dans la publicité, puis à Toulouse 
comme 
directeur de SMO 
de 1959 à 1979.

En 1986, 
crée sa propre entreprise à Toulouse
 « Acti Service », 
après avoir mis au point une borne interactive 
adoptée par de nombreuses entreprises, 
et destinée aux conseils de la clientèle, 
dans les points de vente des GM.


Peint depuis 
l’âge de 14 ans, 
et n’a jamais 
cessé de peindre. 
Se remet à peindre à temps complet 
après avoir vendu son affaire en 1995. 


Participe à des salons et expositions
tant à l’étranger qu’en France : 

Montauban,
 Castelsarrasin, 
Bordeaux, 
Béziers,
 Montpellier, 
Lyon, 
Toulouse, 
Paris,
 Bruxelles, 
Milan, 
Llierca, 
Bad-Bergzabern.

 Il obtient ainsi différents prix, et médailles, 
figure au dictionnaire
 des cotations des 
artistes modernes
 « Drouot Cotation »

www.drouot-cotation.org. 
sous la signature 
de 
Erpé.

Il est sollicité en 2002
 comme

Conseiller Artistique 

de Drouot Cotation.



Présent dans différentes collections privées,
 il travaille le figuratif à ses débuts, 
qui reste malgré tout réservé aux commandes de portraits
 qui lui sont demandés.
 Il évolue vers l’abstrait par inspiration créative, 
ce qui lui vaut dans les salons et expositions, d’être remarqué,
 recevant ainsi de nombreuses distinctions et médailles d’or.




mail: robert.petit@sfr.fr






 
 
« Son inspiration sans cesse évolutive, accroche l’intérêt soit de par ses couleurs, 
soit de par l’esthétique des formes, 
l’ensemble de ses œuvres abstraites forcent l’imaginaire. » 
 
 extrait de la revue artistique de Gilbert Marigaux, 
(critique d’arts).2002, dans l’art de Erpe.
 
 

 

 

Réflexions d’artiste



L'artiste ne peut échapper au mouvement vital qui l'anime et fait de lui ce qu'il est 
– une proie qui consent – serviteur et maître de sa passion – 
explorant les caches obscures de l'homme dont il révèle le masque et les entraves. 
L'art de tout repos n'existe que pour les salons endormis qui n'aiment pas les questionnements.

La peinture n’a pas d’autre crédo qu’elle-même. Pour l’artiste, créer c’est exister, passer du normal à l’impossible pari de réussir l’œuvre dont il rêve ; apaiser cette agitation de l’âme que l’on dit ferveur pour toutes les vocations.

Si la grande richesse de l'homme est de restituer, selon son talent, la Beauté, c'est à une croyance qu'il le doit. On n'engage pas sa vie sans une conviction qui brûle comme braise sous la cendre : quelque chose qui s'incarne dans une foi païenne pour l'Art ; foi née d'une faille originelle ou d'une brisure archaïque qui ne s'énonce pas dans le langage courant.
L'artiste y trouve parfois une réponse, souvent une fuite, toujours un salut.
C'est parce que l'art ne sert à rien qu'il est indispensable, comme il sied à une croyance d'être, de s'épanouir et parfois de durer. (origine inconnue)


 



Vign_600865_627832743910841_367992699_n
 
© 2011