artslettresmusique
 
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami

SUPREME JIKA



Créé en parallèle du big band de jazz sud-africain 

Union Special 

par le pianiste/arrangeur 

Nicolas Cérézuelle 

Supreme Jika 


reprend les classiques de vieux jazz des townships sud-africains teintés de Kwela et de Mbaqanga. Supreme Jika est en grande partie influencé par les groupes Spears et Assagai du saxophoniste Dudu Pukwana qui fut un des premiers à exporter le jazz sud-africain en europe aux côtés de Chris McGregor.



Nicolas Cérézuelle

Formation universitaire : 

Guildhall School of Music and Drama
is an independent music and dramatic arts school which was founded in 1880 in London , England . Students can pursue courses in Music, Opera, Drama and Technical Theatre Arts.



Vign_nicolas
SUPREME JIKA
 
Le quintet SUPREME JIKA



Unique représentant du jazz sud-africain en France, 
le quintet SUPREME JIKA


 fait revivre ce singulier mélange de musiques des townships (kwela et mbaqanga), de jazz et de soul qui fut développé par des exilés de l'appartheid dans les années 60 et 70. C'est une musique rythmée, vibrante et chaleureuse qui, même si elle fut créée dans la douleur de l'exil, n'évoque qu'une seule chose: la joie d'être ensemble. 

 
 
 
SUPREME JIKA collabore depuis peu avec la chanteuse CHENGETAI 
(de Harare, Zimbabwe). 


Arrivée en France en 2009 et lauréate du prix Charles Trenet la même année pour son album "Zimblue", elle est considérée comme une des principales ambassadrices de la "Rainbow Music" qui a vu le jour dans l'Afrique du Sud post-appartheid à partir du milieu des années 90. Ensemble, SUPREME JIKA et CHENGETAI présentent une partie du répertoire popularisé par Miriam Makeba, des classiques sud-africains en langue Zouloue et Xhosa, ainsi que des compositions de CHENGETAI en langue Shona. 


 
© 2011
script language="JavaScript1.2"> function ejs_nodroit() { alert('Clic droit interdit'); return(false); } document.oncontextmenu = ejs_nodroit;